TCC DES TROUBLES PSYCHOTIQUES

Pour obtenir une amélioration sur les aspects suivants : apprendre à suivre son traitement et avoir une meilleure qualité de vie en gérant les symptômes résiduels. Par exemple on peut traiter efficacement des hallucinations avec les TCC.

La réponse au traitement médicamenteux reste partielle, notamment concernant les symptômes négatifs et cognitifs. 60 à 70% des symptômes persistent après le traitement et peuvent être améliorés par la TCC.

Les techniques motivationnelles qui font partie de l’arsenal technique et du corpus théorique des TCC sont fondamentales pour amener le patient souffrant de troubles psychotiques à accepter un traitement médicamenteux et à accepter une prise en charge.


En TCC, le thérapeute et le patient travaillent en collaboration. Il s’agit donc d’un échange, le patient apporte de son quotidien dans la séance en évoquant les situations difficiles qu’il a vécu, puis le thérapeute identifie et donne des outils afin de mieux gérer les situations complexes.

Les cibles d’action seront quadruples :

1) Aider une personne qui a une maladie chronique : informer, soutenir, motiver pour qu’elle ait un comportement protecteur vis-à-vis de son trouble (prise régulière du traitement, implication dans la prise en charge, respect de règles de vie pour optimiser les facteurs protecteurs et réduire les facteurs aggravants).

2) Réduire les déficits: remédiation, réhabilitation, thérapie des biais cognitifs (délirants, dépressifs, anxieux,...)

3) Favoriser le rétablissement, c'est-à-dire une vie qui a un sens et une certaine richesse pour la personne souffrant de schizophrénie et de son point de vue, associé avec une estime de soin et un sentiment d’empowerment.

4)  Réduire l’impact du handicap

a)    Agir sur l’environnement :
- Agir auprès de l’environnement proche, c'est-à-dire la famille: psychoéducation et soutien. La psychoéducation de la famille a un effet de même amplitude que le traitement médicamenteux pour réduire le risque de rechute. L’absence de psychoéducation de la famille est une perte de chance pour le malade et représente un surcoût financier pour la société.
- Agir sur l’environnement éloigné : lutter contre la stigmatisation

b)    Réduire ou compenser le handicap : aides à l’insertion ou la réinsertion socio-professionnelle et à l’autonomie

 

©2020 par CéDiaPsy. Créé avec Wix.com